Astuces de papa : 3 astuces contre la colère

Gilles fondateur de l’Atelier du futur papa & rédacteur sur maGrossesse.com vous livre ses astuces . Cette semaine il s’arrête sur les colères de bébé.

3 conseils d’un papa averti pour réduire les colères de votre enfant

> Cette première astuce pourrait vous paraître trop simple et vous auriez tôt fait de la négliger mais c’est justement là son immense avantage en cas de tempête émotionnelle de votre enfant, elle en a plus de cela, la vertu d’aider à limiter les dégâts que ces états provoquent dans le cerveau de nos chérubins.

En cas de tempête bannissez les longs discours ! Plus vous en direz et plus vous allez vous énerver et crier de plus en fort ce qui aura l’exact fait inverse à celui recherché : que l’enfant vous écoute. En effet plus on crie et moins il entend et plus on répète et plus on s’énerve ! C’est un cercle infernal !

En cas de tempête ils est bon d’utiliser le détournement d’attention : Attends, chut, chut, chut, écoute…tu as entendu…..? Ha non c’était rien’.

Ce simple petit détournement d’attention sera l’astuce idéale pour ramener le calme car son cerveau qui n’est pas encore mature pour faire travaille lui même. Pour nous aussi en tant qu’adulte, il nous est parfois vital, tant le mal est profond, de pouvoir communiquer nos fortes tempêtes avec nos proches pour à nouveau nous sentir à l’aise dans notre peau en ayant évacué la souffrance alors imaginez pour un enfant !

Mais en fait la difficulté c’est d’avoir l’idée qui vous vient rapidement à l’esprit face à ce comportement certes excessif de l’enfant dans ce que l’on voit, mais bien à la hauteur de la terreur, du mal ou de la souffrance qu’il ressent à l’intérieur.

C’est là l’erreur de ne voir que l’extérieur et de vouloir punir ce comportement, c’est juste agir en fait sur la conséquence. C’est justement pour cette raison qu’il ne faut pas surtout pas en tant que jeune parent, négliger ces petites astuces ultra simples et autant efficaces car votre cerveau va vous poussez à vouloir faire stopper la conséquence avant de traiter la cause

> La deuxième astuce consiste donc à éviter d’agir trop rapidement. En effet, la première intention sous l’effet du stress, n’est pas forcément toujours la bonne. S’imposer donc de prendre le temps de la réflexion

S’il s’agit d’un nourrisson ou d’un bébé l’astuce consiste à lui faire écouter un bruit blanc ou faire un A ou un O et maintenir le son autant que possible jusqu’à ce que cela attire son attention pour le sortir de la colère.

> La troisième astuce que je vous livre ici c’est de ne pas négliger justement ces petites astuces comme celle dont je viens de vous parler.

Vive les enfants !

Gilles Vaquier de Labaume
Fondateur de l’Atelier du futur papa

Partagez cet article...Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Pin on Pinterest
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. * Champ obligatoire

EffacerSoumettre